Logo

Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Grapes

Le BCP désigne l'aspect de l'ovaire à l'échographie présentant de nombreux petits follicules. Les follicules sont disposés en une rangée de petites perles sur le bord extérieur de l'ovaire. Les femmes atteintes de BCP peuvent ne pas présenter de symptômes significatifs. En fait, de nombreuses femmes vivent toute leur vie sans s'en rendre compte. Le scénario classique du BCP s’observe par le développement des follicules qui s’arrête à un stade précoce du cycle menstruel et qui provoque une absence d’ovulation.

Cependant, certaines femmes atteintes de ce syndrome ont une ovulation normale de temps à autre. Dans ce cas, il reste donc une chance de concevoir naturellement.

La différence entre le BCP et le SOPK

 

Le BCP est diagnostiqué par échographie. SOPK est l’abréviation de «syndrome des ovaires polykystiques» et signifie qu'en plus de posséder les caractéristiques des ovaires polykystiques, vous présentez également des symptômes suivants :  

  • L’augmentation des niveaux d'hormones sexuelles mâles et/ou

  • La constatation d’une augmentation de la pilosité (hirsutisme), notamment sur le visage et/ou sur le corps, alors que les cheveux peuvent quant à eux devenir plus fins.

  • Une tendance acnéique.

  • Ovulations peu fréquentes ou absentes, c'est-à-dire des cycles irréguliers souvent longs > 35 jours 

 

L'ampleur des problèmes de peau et de cheveux dépend de la sensibilité de chaque femme aux hormones sexuelles mâles.

 



Quelles sont les causes du SOPK ?

 

Les facteurs génétiques, c'est-à-dire une composante héréditaire, amènent certaines femmes à être plus prédisposées au développement du SOPK que d'autres.

 

 

 

Le BCP et l'obésité

 

Les femmes atteintes de SOPK ont une tendance plus marquée à prendre du poids, les kilos en trop se situant surtout au niveau de l'abdomen.

 

La moitié des femmes atteintes du SOPK sont en surpoids et le surpoids peut aggraver les symptômes. 

 

Le SOPK et le surpoids réduisent la sensibilité à l'insuline (résistance à l'insuline). Si la sensibilité à l’insuline est réduite, le pancréas doit compenser en produisant une plus grande quantité d'insuline. Cette « surproduction » d'insuline affecte les hormones sexuelles dans une interaction complexe qui entraîne, entre autres, des périodes irrégulières, une incapacité d'ovulation et une augmentation de la production de l'hormone sexuelle masculine. 

 

Il est donc important d'améliorer la sensibilité à l'insuline en maintenant un poids normal (IMC < 25) et en pratiquant une activité physique. C’est un bon moyen pour augmenter la sensibilité à l'insuline et d'obtenir un meilleur équilibre hormonal. Une bonne hygiène de vie contribue à prévenir et/ou à réduire les risques de développer un diabète de type 2 (diabète sucré) ou des maladies cardiovasculaires. 

 

Nous avons la possibilité d'offrir une consultation avec votre propre diététicien·ne, chargée d’encourager, de conseiller et de suggérer un programme de perte de poids, de rééquilibrage alimentaire et de reprise d’une activité physique (min. 30 minutes par jour).

 

 

 

Traitement médical de la sensibilité réduite à l'insuline

 

Si, à la suite du SOPK, vous avez développé une résistance à l'insuline (que vous soyez mince, de poids normal ou en surpoids), vous pouvez utiliser un médicament contre le diabète de type 2 (metformine). Ce médicament augmente la sensibilité à l'insuline. Cependant, tout le monde ne peut pas bénéficier de la metformine. 

 

La pilule contraceptive peut être utilisée pour réguler le cycle menstruel. 

 

Nous vous recommandons de consulter votre médecin ou de nous consulter sur la possibilité de ces traitements.

more treatments

Vous souhaitez en savoir plus sur nos traitements ?

Pre-footer

Vous voulez commencer votre parcours de fertilité ? Nous sommes là pour vous !

Prenez un rendez-vous en ligne et nous vous guiderons tout au long de la procédure.